Tous engagés dans nos métiers au service du public avec fierté !

Les services au public recouvrent notamment : Finances publiques, Douanes, CCRF, INSEE, Education nationale, Défense, Collectivités territoriales, Conseil général, Conseil régional, Services des eaux (publics ou privés), Préfecture, DDASS, Pompes funèbres (publiques ou privées), SDIS, Offices publics de l'habitat, Police nationale, Justice, Hôpitaux, EHPAD, Institut médico-éducatif...

jeudi 5 janvier 2017

DÉCÈS DE FRANÇOIS CHÉRÈQUE

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT.
François Chérèque avait quitté ses fonctions en 2012 après 10 ans de mandat de secrétaire général de la confédération et de nombreuses années de responsabilité au sein de la CFDT, 

François est, et restera, une très grande figure de notre organisation. La CFDT et ses militants sont en deuil et de tout cœur avec sa famille et ses proches.

Tout savoir sur le RIFSEEP, régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel

Le RIFSEEP, un acronyme bien peu engageant ! Depuis le 1er janvier 2016, la filière administrative ainsi que quelques cadres d’emplois des filières sociale, sportive et de l’animation peuvent adhérer au RIFSEEP (« régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel »).

Effet du RIFSEEP
Ce régime indemnitaire est exclusif de toutes autres primes et indemnités liées aux fonctions et à la manière de servir.

Conditions d’octroi
Le dispositif est centré sur une indemnité principale versée mensuellement, l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE) à laquelle peut s’ajouter un complément indemnitaire versé annuellement (CIA) en fonction de l’engagement professionnel et de la manière de servir. Les fonctionnaires sont répartis en groupes de fonctions pour l’attribution de l’IFSE et du CIA.
L’organe délibérant compétent pour fixer les conditions d’attribution des primes est libre de déterminer le nombre (supérieur à un) de groupes de fonctions ainsi que la répartition des emplois dans chaque groupe de fonctions.
À cet effet, les collectivités territoriales peuvent s’inspirer des critères professionnels contenus dans le décret cadre :
  • fonctions d’encadrement, de coordination, de pilotage ou de conception ;
  • technicité, expertise, expérience ou qualification nécessaire à l’exercice des fonctions ;
  • sujétions particulières ou degré d’exposition du poste au regard de son environnement professionnel.

Bénéficiaires

  • Agents titulaires et stagiaires.
  • Agents contractuels dès lors qu’une délibération le prévoit.

Attribution individuelle

Le montant de l’IFSE fait l’objet d’un réexamen en cas de changement de fonctions ou de grade mais aussi au moins tous les quatre ans, en l’absence de changement de fonctions et au vu de l’expérience acquise par l’agent. Le CIA tient compte de l’engagement professionnel et de la manière de servir, appréciée dans le cadre de l’entretien professionnel. Il fait l’objet d’un versement annuel, en une ou deux fractions, non reconductible automatiquement d’une année sur l’autre. Son montant fixé en fonction de l’évaluation professionnelle est compris entre 0 et 100 % du montant maximal annuel.

Cumul

Non cumulable avec toutes autres primes et indemnités liées aux fonctions et à la manière de servir, à l’exception des indemnités compensant le dépassement régulier du cycle de travail (IHTS), les astreintes ainsi que le travail de nuit, les dimanches et les jours fériés. – Indemnité cumulable avec la prime de responsabilité des emplois administratifs de direction.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Montants de référence
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
(1) Au 1er juillet 2015. (2) Au 1er janvier 2016. 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
(3) Cf. les fiches n° 50 et 60 du Guide des primes 2016. 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
(4) Cf. la fiche n° 14 du Guide des primes 2016. 

samedi 1 octobre 2016

La CFDT lance la plus grande enquête jamais réalisée sur le travail


Il occupe un tiers de nos vies mais qui sait ce qu’il signifie pour chacun de nous et comment nous le vivons ?
Pour le savoir, la CFDT lance la plus grande enquête interactive sur le travail jamais réalisée en France. L’objectif : collecter des milliers de réponses afin de redonner de la voix aux travailleurs dans le débat public.


L’enquête accessible sur parlonstravail.frc’est un questionnaire en ligne ouvert à tous ceux qui ont un avis sur le travail : salariés du privé ou de la fonction publique, intérimaires, autoentrepreneurs, étudiants, stagiaires, demandeurs d’emploi, retraités... Pour participer, il suffit de se connecter au site grâce à un ordinateur, une tablette ou un smartphone, et de répondre au questionnaire ludique et accessible. Le dispositif a pour objectif de collecter jusqu’en janvier 2017 des millions de réponses sur le thème du travail. Comment est-il ressenti, voulu, investi ? A-t-il du sens et si oui, lequel ? Que met-il en jeu individuellement et collectivement ? Quel est son impact sur la santé des personnes ? Leur vie privée ?

La CFDT à l’écoute des travailleurs


« En tant qu’expérience subjective, physique, intellectuelle, le travail n’est pas discuté politiquement. Les débats sur le travail se focalisent sur d’autres aspects comme sa règlementation, son coût, sa compétitivité. C’est pourquoi, en marge des indicateurs économiques et du code du travail, la CFDT souhaite mesurer l’appréhension que les Français en ont, avec leurs désirs et leurs réticences », souligne Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. « Les frontières ont bougé, les statuts ont changé… On ne peut plus confondre emploi et travail. Et plus on essaie de définir le travail, plus l’on s’aperçoit que c’est complexe », précise-t-il.
Pour explorer notre rapport au travail, l’enquête veut toucher et intéresser le plus de monde possible. Pour cela elle interroge 25 grands thèmes (collègues, temps passé au travail, relations avec la hiérarchie, dangers, fatigue, rêves, ambitions…) à l’aide d’un dispositif inédit.

Un dispositif d’enquête inédit


Dans le monde des statistiques, cet outil est complètement nouveau : aucune enquête, aucun sondage, aucune étude n’a jamais permis de faire s’exprimer autant de personnes : les concepteurs espèrent jusqu’à 15 millions de réponses…
De plus, contrairement aux enquêtes traditionnelles qui se font à partir d’un échantillon représentatif de population, on ne sait rien des personnes qui vont se connecter. L’enquête emploie un ton différent des autres études sur le travail (Dares, Insee…) avec des questions plus audacieuses et plus complices, dont l’objectif est de recueillir la parole la plus spontanée possible. Autre originalité : le site contient plusieurs heures de vidéos de salariés de toutes catégories socioprofessionnelles (infirmière, cadre dans l’informatique, ouvrier dans l’automobile, chauffeur VTC, auxiliaire de vie…) filmés en train de répondre à l’enquête et fournissant autant de témoignages touchants, sincères, bruts, à vif... Ces petits films offrent un miroir aux internautes qui peuvent alors s’identifier, s’en amuser, réagir, en débattre…
Enfin, les résultats s’affichent en temps réel avec les réponses des autres internautes. Là encore, les participants peuvent se situer, se comparer et découvrir qu’ils font partie d’un collectif. Pour certains, c’est peut-être une première expérience du syndicalisme et un premier contact vers la CFDT. Car le site propose de réfléchir sur son travail mais pas seulement. Il donne aussi la possibilité d’agir et de prendre les choses en main : un onglet « L’action collective au sein d’un syndicat » donne la possibilité d’être contacté par la CFDT et d’accéder à des guides, des articles juridiques et des outils pour découvrir la CFDT.

Une visibilité nouvelle pour la CFDT


En partenariat avec Viadéo, le réseau social professionnel et le quotidien Libération, cette grande enquête interactive offrira une visibilité nouvelle à la CFDT. Attractive, amusante et décalée, la campagne Parlons travail donnera une image innovante du syndicalisme en France.
Au terme de l’enquête, les centaines de milliers de données collectées seront analysées puis restituées, en mars 2017. Les résultats permettront de mesurer les angoisses, les attentes, les peurs, les envies, les espoirs et les désirs des Français au travail. Ils aideront à trouver de nouveaux consensus, dégager des vérités, imaginer le monde du travail de demain en confrontant le tout aux besoins et aux nécessités du pays. Surtout, l’enquête doit servir de boussole pour enrichir les propositions de la CFDT sur le travail dans le débat politique à la veille de l’élection présidentielle.

Des outils pour agir

jeudi 22 septembre 2016

Fonction publique : Un agenda social bien rempli

Pas moins de 37 réunions sont déjà calées d’ici à la mi-décembre entre les organisations syndicales et le ministère de la Fonction publique.

Une première concertation portera sur les conditions de travail des agents, la santé et la sécurité, au cours de laquelle devrait être abordée la question de la pénibilité. Une seconde concertation sera consacrée à la formation et aux compétences ; l’occasion de dessiner les contours du futur compte personnel d’activité (CPA) des agents. Prévu par l’article 44 de la loi Travail, le CPA doit, pour s’appliquer aux agents de la fonction publique, faire l’objet d’une ordonnance. « Nous sommes dans une phase d’échange sur les grandes lignes de l’ordonnance. Nous avons déjà bien avancé sur le compte personnel de formation (CPF), qui reprend pour l’essentiel les modalités du privé, la portabilité par exemple, qui est un point acquis, explique Mylène Jacquot, la nouvelle secrétaire générale de l’Uffa-CFDT (Union des fédérations de fonctionnaires et assimilés). Reste la question du financement du CPF. Nous allons insister sur l’importance de la mutualisation. »
Concernant les questions santé et sécurité, l’Uffa-CFDT compte faire avancer la discussion sur le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) qui s’applique aux salariés du privé. Le compte épargne-temps (CET) aussi sera mis à l’ordre du jour. À ces thèmes de concertation s’ajoute le travail qui doit se poursuivre dans les mois à venir sur le protocole PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations). « Nous avons abordé l’aspect réglementaire du dossier PPCR : un certain nombre de textes restent à publier d’ici à la fin de l’année », précise Mylène Jacquot. Parmi les autres thèmes que la ministre souhaite traiter prochainement figure celui de la diversité et de la prévention de la discrimination dans la fonction publique, évoqué lors du dernier Conseil commun de la fonction publique.

La perspective des élections professionnelles de 2018

La ministre a rappelé sa volonté de diversifier le recrutement et annoncé la création d’un contrat en alternance destiné aux jeunes de quartiers défavorisés souhaitant préparer les concours de catégories A et B. Toujours en direction des jeunes, la ministre a rappelé l’objectif de 10 000 jeunes en apprentissage dans la fonction publique en 2016.
À ce calendrier chargé s’ajoutera pour l’Uffa-CFDT, début 2017, le commencement de la préparation des élections professionnelles de 2018.
par Marie-Nadine Eltchaninoff